Séparation, peur, absence, souffrances, drames réels de cette période atroce où des jeunes gens alsaciens que rien ne rattachait à l’Allemagne hitlérienne furent enrôlés de force dans la Wehrmacht, envoyés en Russie vers ce front Est d’où la plupart ne reviendront jamais.
Meurtris dans l’âme autant que dans le corps, les plus chanceux, les « revenants » ne pourront jamais oublier, ce qu’ils ont vécu là-bas.
Avec cette pièce qui n’a pas la prétention d’être une pièce historique mais une simple fiction dans laquelle le sort des malgré-nous sera évoqué, nous partageons les afflictions d’une famille rurale alsacienne où le père, un despote, un « Ortsgruppenleiter » entièrement dévoué à la cause nazie, agissant dans un esprit d’obéissance aveugle, va entraîner ses proches dans un gouffre de malheurs et de souffrances, anéantissant le plus infime espoir d’échapper à l’appel d’un ciel sans étoiles.
Le premier tableau, dernier dans la chronologie, met en scène, un demi-siècle après le conflit, deux sœurs, toutes deux octogénaires, filles dudit « Ortsgruppenleiter ».
L’une d’elles, réfugiée en Allemangne dès fin 1944, revient au pays pour chercher l’autre sœur malade afin que celle-ci, qui a perdu son mari en Russie, vienne avec elle pour passer ses derniers jours à Heidelberg, dans sa famille.
Elle revient dans un esprit de « réparation » puisqu’elle a fui avec un nazi, mais fait fortune après guerre. De reproches en réprobations, on évoque cette douloureuse période, on se souvient, on s’accuse mutuellement, puis l’une de ces sœurs, celle qui est restée, monte au premier pour y chercher un soi-disant souvenir.
Elle meurt sur son lit, avec dans sa main une photographie de son mari en uniforme allemand, unique souvenir d’un amour profond.
A partir de là, de début 1943, incorporation de force du gendre de « l’Ortsgruppenleiter », jusqu’à août 1945, avec le retour d’un des fils prisonnier à Tambow, cette période se déroulera comme un film, avec pour toile de fond toute la détresse et la misère qu’engendrera ce conflit.

Trennung, Angscht, Mangel, Liide, Tràne, dass alles isch fer’s Elsass s’Dràmà g’sé vu d’r schrecklig Nazi-Zit : jungi Mànner, wu nix met’em Hittler – Ditschland verbunde hat, sénn zwangswies in d’Wermacht igezoge un noch Rüssland an d’Oschtfront g’scheckt wurre wu d’meistchte niemeh z’ruck kumme sénn.
Die wu seelig un kerwerlig agschlage, wie dur e Wunder d’r Heimwàg wedder g’funde hàn, kenne nett vergàsse, was si alles erlàwe hàn muese.
In dàm originelle Théàtersteck, à Literarischi Fiktion uf g’schechtlichem Hintergrund, wurd’s Kriegsschecksal vun’re eifache elsàssiche Famellie vum Land un aui s’trürige Los vu de Zwangsigezogene packend darg’stellt. E herriche Vatter, wu sich als Ortsgruppeleiter total fer d’Nazi igsetzt hat, stirzt verblànde un ganz unterworfe sini Nàchschte ins Ungleck ohne Hoffnung uf e Stern am schwarze Hemmel.
Im erschte Szenebild wu chronologisch eigentlig s’letschte esch, trette e halb Johrhundert nooch’em Krieg zwei achtzigjàhrigi Schweschtre uf, d’Deechtre wum friejere Ortsgruppeleiter. Eini vu ehne, wu ends 1944 mit’me Nazi noh Ditschland g’flechte isch un dert rich wurre isch, kummt widder heim fer d’Schweschter ufsüeche, wu d’r Mann in Rüssland verlore hat un krànklig isch.
Sie will se ewerrede mit ehre s’Làwesend in ihre Famellie in Heidelberg z’verbringe. Sie isch z’ruckg’kumme fer sich wedder mit d’r Elsàssich Heimet un de Verwandte z’versehne.
D’schlimme Erinnerunge üs de schreckliche Kriegsjohre werre wedder wachgruëfe un ufgrollt mit gegesitige Aklaage un Vorwirf.
Derwilscht as g’hàndelt wurd, geht d’Schweschter wu do geblewwe esch ufe in d’r 1 Stock, agàwlig fer ebbis z’hole : sie stirbt drowwe ufem Bett mitem Foto vu ihrem Mann in ditscher Üniform in der Hand, s’einzige Adenke vu ihrer gross Lieb.
Vu do ab wurd im Steck z’ruckgegriffe vu Afang’s 1943 bis Auigscht 1945 : Zeerscht wur im Ortsgruppeleiter sine Doochtermann igezoge un schliesslig kummt eine vu sine Sehn wum grauisame Gfangenelager Tambow z’ruck.
Die schrecklig Zit weckelt sich wie im e dramatische Film ufem düschtere Hintergrund vum blüetige trànevolle Krieg ab, wo numme verzwieflung un Elend mit sich gebrocht hat.