Lucienne est poursuivie jusque dans son salon par Edmond, séducteur invétéré. Elle appelle à son secours Crépin, son mari, qui reconnaît en Edmond un vieil ami et qui s’amuse de la situation. Survient Ernest, amoureux transi de la belle Lucienne qui le tient à distance.
- Si Edmond n’avait menti en affirmant que son épouse demeurait à Pau ( dans le Béarn ! ) paralysée par ses rhumatismes...
- Si Crépin n’avait pas fauté à Londres avec Maggy Cannish, une fougueuse anglaise...
- Si celle-ci n’avait pas accompagné son mari à Paris...
- Si ce dernier ne retrouvait pas Armandine, adorable cocotte, à chacun de ses voyages « d’affaires »
- Si Monsieur et Madame Loeb n’étaient pas venus fêter leur anniversaire de mariage...
- Si Ernest avait une meilleure résistance après une nuit d’amour...
- Si tout ce petit monde ne se retrouvait pas par une fatalité à la « Feydeau » dans la chambre 39 d’un hôtel...
- Si le Théâtre Alsacien de Guebwiller n’avait pas choisi cette pièce, en tant que création...
Eh oui!, avec des « Si » on pourrait faire, défaire, refaire à l’infini ! Ce qui est certain, c’est que le génie de l’auteur engendre des dialogues et situations irrésistibles et percutants, pour le plus grand bonheur des spectateurs. Voilà la trame plantée, n’en disons pas plus, hormis... cramponnez-vous, car la machine à faire rire tourne à haut régime dans cet infaillible vaudeville.

Bon divertissement à tous !


D’r Edmond verfolgt s’Lucienne bis in erenà Salon, àr esch d’r rechtig Frauiajager. Sie riaft em Crépin, erà Mann, zur Helf, wu d’r Edmond erkennt als alter Frend un wu s’ich amusiert vu darà Situation. Uff das kummt d’r Ernest, vernarte Liebhawer vu d’r scheen Lucienne, wu ihm awer kei Hoffnung gebt.
- Wenn d’r Edmond net g’logà hàt un versichert dass sini Fraui in Pau esch ( em Béarn ! ) g’lähmt durch ehri Rhumatisà...
- Wenn d’r Crépin net nàwà d’Schuàl gangà war met d’r Maggy Cannish, e firigi Anglànderà...
- Wenn d’Maggy net erà Mann begleità hàt uff Paris...
- Wenn dà net d’Armandine getroffà hàt, e entzückendi Cocotte, bi jeder « Gschàftsreiss »...
- Wenn d’r Herr un d’Madam Loeb net kummà wàrà fer érà Hochzittsgeburtztag firà...
- Wenn d’r Ernest méh ushaltà dat no era Liewesnacht...
- Wenn sich dia klein Walt net wedder durch e Fatalitét à la « Feydeau » getroffà hàtt im Zimmer 39 vu ma Hôtel...
- Wenn s’Elsasser Théâter vu Gawiller net dass Steck g’schoisiert hàtt, als e Création...
Ja!, met dam Woertlà « Wenn » kàt’mà machà, uffmachà, wedder machà... Endlos. Wass secher esch, d’r Autor génériert unwederstehbari dialogà un komischi Situationà fer’s greschtà Vergniegà vu unserà Zueschauer. So, d’r Fadeschlag sétz, meh wann m’r net sagà, usser... heweni fescht, den d’Maschén fer machà z’lachà dreit hochdurig met dam unfehlbarà Vaudeville.

Gueti Unterhaltung in allà !