Wer schpennt ? Wer esch normal ?

D’r Theodore Klauser mecht eimol in sim Làwe ebis speziel’s erlàwe.
Er esch leedig, hat e scheen Vermehge, mecht e güàt Wàrk mache, un sini Villa im Süd-Frankrich in e Narreanstald umbauïe lo.
Er fahrt in d’Stadt zu sim Neveu der Felix, un verlangt ihm e Gfalle.
Er will e Owe im e Narreanstalt verbrenge, fer g’sàh wie die Nervekranke sich benàmme.
Als Gegeleistung, wird er in sim Neveu e nàtte Botze Gàld ewergàh sodass d’r Felix si eigene Gschàft grende kat.
D’r Felix mecht gàrn in sim Unkel die Fràïd mache, awer er kennt ke Narreanstalt Si Frend, d’r Kunstmohler Kissling, schleht ihm vor, sine Unkel an e Soirée in d’r “ PENSION SCHOLLER “ z’fi ehre, und d’Pensionnaires wu dert wohne als Geischtkranke üssgà.
D’r Unkel Theodore lehrt dert, in der “ PENSION SCHOLLER “ e Grosswildjàger, e ewerschpanti Schriftellere, e pensionierte Colonel un e Schauspehler mit me Sprochfàhler kenne.
Er amusiert sich wie ne “ Veruckte “.
Er isch ewerziigt das die “ Patiànte “ in der “ Pension Scholler “ ig’schperrt sen, un dànk ke Sekund as die bi ihm d’Heim kennte uftüche.
Un wenn e so ebis vorkummt, kat me derno scho Veruckt wàre !!!
Awer wer esch am End Wahnsennig ? Wer esch noch Normal ?
Die Frog stellt me sech màngmol, wenn me im alltàglige um sech lüàgt….
Oder net?

Soyons fous ?
Dans ce monde de brutes, qui est normal, qui est fou ?
Comment réagiriez vous si votre oncle, un peu fortuné, vous promettait une belle somme d’argent en échange d’une soirée passée dans un centre psychiatrique ?
Un jeune homme, avec la complicité d’un ami, conduit son oncle dans la Pension Scholler, et lui fait croire qu’il se trouve dans une maison de santé pour malades mentaux.
La combine marche et l’oncle est persuadé de côtoyer des « timbrés ».
Pourquoi ? Parce que les pensionnaires de la Pension Scholler sont tous des personnages originaux. L’oncle y croisera un colonel en retraite frustré, un auteur de romans en manque d’inspiration, un futur acteur avec un défaut de prononciation, un aventurier fanatique, qui tous paraissent un peu fous ! L’oncle passe une superbe soirée en leur compagnie et on peut le dire, s’amuse comme un « fou »!
Il est persuadé que ces gens sont enfermés dans la Pension Scholler, et ne pense pas un instant que ces personnages pourraient débarquer chez lui.
C’est alors que cette histoire prend une autre tournure. Qui est normal ? Qui est « fou » ?
Mais soyons honnêtes. Dans la vie quotidienne, autour de nous, n’avonsnous pas l’impression, de temps en temps, d’être entouré de fous ?