S’Waschpanascht

Intrigue policière satirique en trois actes.

Adaptation en alsacien de Christian Royer d’après la pièce de Robert Thomas « Huit Femmes ».

Dans le calme apparent d’une demeure bourgeoise isolée et enneigée, le maître de maison est retrouvé assassiné, un couteau entre les omoplates.

Les huit femmes de la maisonnée, unies par les liens du sang ou de l’argent, mènent l’enquête en une joute verbale qui fera voler en éclat les convenances et la courtoisie apparentes.

A ce petit jeu de la vérité, chacune pouvant être la coupable, les mensonges, faiblesses et rancœurs vont révéler des « secrets » implacables et pitoyables, faisant de ce huis clos une satire virulente des travers de la société bourgeoise où le rire se fait grinçant et aigre.

 

A bissend Kriminàlsteckla en 3 Àkta

Em a àbglagenda, schienbàr riawig Bergerhüss, werd dr Hüssmeister vum dientschtmaidla entdeckt, a Masser em Recka.

S’Hüss esch gànz igschneit, ke telefon meh, sie sen vu d’r Walt àbgschnitte.

A gschlossena Gsellchàft. In dar Villa sen 8 Fràuia, verbunda dur d’Verwàndschaft oder dur s’Gald. Wer esch d’r Merder ? As kàt nur eber vum Hüss se.

A jeda kàt verdachtig se, a jeda hàt a Motiv. 8 Fràuia wu d’Wohret süacha,dàs àlles em a Werterkàmpf, wu dr Ààstand un d’schienbàra Hefligkeit en Fatza fliaga.

D’Liegereie, d’schwàche Sita vu eina un vu dr andera, dàs àlles kummt üssa, jetz wu d’r Marcel nem do esch.