Wie jedes zweità Johr, hat s’Theater vu Gàwiller weder d’r Stiàr an dà Herner gnumà un hat sech vorgnummà d’Katz üs’m Sack z’hollà fer sini nei Revue „ Bibàlà...Kàs“.
Stur wie Esel, gehn mer duch d’hettig Wàld un Gagrà ewer d’Soïrei wu gwesseni Soïegel sech erlauwà. Un do bliewà mehr net missàlà stell ! M’r müàst jo net dum wià Ochs seh un alles schlugà wenn d’Politiker un’s à Affà-Theater ufspehlà vor dà Wahlà. M’r bliwà uf jedà Fall net Stum wià Karpf un hàn unsri Bibàlà gebettà stàchig d’seh wià à Waschp um dà ganzà Kàs d’verrodà.
às schlàgt kei Geiss àwàg, dass alles à betzi ewertriewe esch, awer d’Woret legt net wit. Oï wenn m’r alli à Vogel hàn, bliwà m’r gstiff wie Bock und verdràdà stark wie Ross unsri Meinung : às stàckt ergend wu à Stork em Salad un à Wurm em Epfel !
Uf jedà Fall hoffà mehr, dass wenn ehr oï miat sen wià Hund, as ehr eier vehmassig amusierà wàrà. Un wenn net alles ver d’Katz esch, no sen m’r noch d’r züà stolz wie Güller.
Ehr wàrà g’sàh, mangmol hat m’r scho d’r Idruck, dass es en dàm Büràhof zue geht wie em à Hienerstall, awer bedànkà doch.... às esch jo alles nur ..... Bibàlà....Kàs !

Avertissement !! : Afin de vous faire goûter aux savoureuses images véhiculées par notre langue, nous avons décidés de vous livrer une traduction littérale du texte ci-dessus.

Bienvenue dans la ferme du TAG !

Comme tous les deux ans, le théâtre de Guebwiller a pris le taureau par les cornes afin de sortir le chat du sac pour sa nouvelle Revue « BIBALA…. KAS ».
Têtu comme un âne, nous parcourons le monde actuel en caquetant sur les cochonneries que certains hérissons se permettent. Et à ce propos, nous ne restons pas silencieux comme une souris ! On n’est pas obligé d’être bête comme un bœuf et de tout avaler lorsque les politiques nous interprètent un théâtre de singe avant les élections.
Quoi qu’il en soit, nous ne resterons pas muets comme des carpes et nous avons demandé à nos poulettes d’être piquantes comme des guêpes pour dénoncer tout ce fromage.
Aucune chèvre ne le fera disparaître en le léchant, que tout ceci est un peu exagéré, mais la vérité n’est pas couchée loin. Et même si nous avons tous un oiseau, nous resterons raides comme bouc et défendrons fort comme un cheval notre opinion : il y a quelque part une cigogne dans la salade et un vers dans la pomme !
Quoi qu’il en soit, même si vous êtes fatigués comme un chien, nous espérons que vous vous amuserez de façon animal mesurable. Et si tout n’est pas pour le chat, nous serons en plus fiers comme des coqs.
Vous verrez, on a parfois l’impression que dans cette ferme c’est comme dans un poulailler, mais n’oubliez pas qu’en fin de compte, tout ceci n’est que du fromage de poule.